Home / Opportunités / Les premières dames du Sahel disent oui au SWEDD
Les premières dames du Sahel disent oui au SWEDD

Les premières dames du Sahel disent oui au SWEDD

Le mercredi 18 octobre, c’est dans une salle comble du Sofitel Hotel Ivoire Abidjan, en présence des délégations des pays du Sahel, de journalistes nationaux et internationaux, d’ONG et autres membres de la société civile que les 6 premières dames des pays du Sahel se sont engagées en faveur du projet SWEED.

Qu’est ce que le SWEED ?

Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend , en français « Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel », le SWEED est une initiative régionale impliquant six pays du Sahel que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. En effet, ces pays sont confrontés à des défis démographiques identiques.

Il vise à renforcer le niveau d’autonomisation des femmes et des filles en vue de maîtriser le dividende démographique et favoriser le développement des pays de la région. Ce projet est financé par la Banque Mondiale, avec l’assistance technique du Fonds des Nations Unies Pour la Population (UNFPA).

Pourquoi maîtriser le Dividende Démographique ?

Trois Africains sur cinq ont moins de 25 ans. 60% de la population a moins de 35 ans. Nous comprenons aisément que La population Africaine est jeune. De plus, en Afrique, le taux de fécondité est à 5,5 c’est-à-dire 2 fois plus que le taux mondial. Cette croissance démographique, si elle est maîtrisée peut constituer un véritable atout pour les pays. A contrario, si la population continue de croître plus que les richesses disponibles, cela entraînera forcément l’appauvrissement des pays. Car les efforts déployés pour la construction des infrastructures (sanitaires, logement, etc.) et la création d’emplois seront noyés par une demande plus forte que l’offre. Aussi, les ménages connaîtront un taux assez élevé de personnes inactives à charge. Cette réalité ne permettra pas aux ménages et aux Etats de dégager suffisamment de surplus sur leurs revenus pour investir.

Le défi est donc d’arriver à maîtriser les naissances et non à les limiter, car la croissance démographique ne doit pas être perçue comme un inconvénient pour le développement.

La femme et la jeune fille comme élément catalyseur de la capture du Dividende Démographique

La femme en tant que pilier de la famille doit être fortement impliquée dans le processus de développement des pays. On ne peut pas parler de maîtrise de la croissance démographique sans intégrer les femmes. Ce sont elles qui portent les grossesses et élèvent les enfants. Pour que la femme puisse jouer sa partition, il faut qu’elle soit autonome et qu’elle puisse se prendre en charge. Comme pouvait le dire le représentant de la banque mondiale : « Les femmes et les filles sont notre plus grand atout. Nous devons miser sur elles« .

Pourquoi les Premières Dames s’engagent-elles ?

En tant que mères, femmes leaders, épouses de Présidents, les Premières Dames ne veulent pas rester en marge d’un projet aussi important et qui apporte une véritable plus-value à la qualité de vie de la femme. Elles ne sauraient rester indifférentes aux défis auxquels sont confrontées les femmes. Leur contribution se révèle d’une importance capitale. Elles se sont engagées, entre autres, à :

  • Servir de modèles sur les questions liées à l’autonomisation des femmes et des filles.
  • Plaider pour un engagement politique fort sur les questions du genre
  • Soutenir l’extension de l’initiative SWEED à d’autres pays d’Afrique
  • Soutenir l’éducation de la jeune fille
  • Lutter contre les violences faites aux femmes et les mariages précoces
  • Favoriser l’accès à des services de santé de qualité, notamment dans le domaine de la santé reproductive

Pour en savoir plus sur le projet SWEED, cliquez sur ce lien

About O'noryn Kadio

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top