Home / START-UP / Edith Brou : une geekette pleine d’ambitions
Edith Brou : une geekette pleine d’ambitions

Edith Brou : une geekette pleine d’ambitions

Elle fait partie de la communauté web ivoirienne. On ne peut parler de digital sans mentionner Edith Brou. Elle a récemment été classée parmi les 50 personnalités qui font bouger la Côte d’Ivoire par Jeune Afrique.

Digital manager, entrepreneure et blogueuse, Edith a plusieurs cordes à son arc…

Edith 2

Femmes & Entrepreneures :  Pourriez – vous vous présenter à nos lecteurs ?

Edith Brou : maman de deux petits garçons, digital manager de People Input, blogueuse, serial-entrepreneure, co-fondatrice de Ayana webzine.

F&E : Quel est votre parcours professionnel ?

EB : En 2006, j’ai commencé à bosser comme responsable clientèle et business developper pour les maisons de Production audiovisuelle Dogon Production et par la suite Bogolan Distribution. Ensuite en 2010, j’ai été recrutée par le Groupe AOS pour travailler à son département Assits-Web comme Chef de projet web et community manager ; puis en février 2011, Amie Kouamé et moi avons co-crée le 1er magazine en ligne féminin www.ayanawebzine.com et enfin j’ai assuré l’implantation de la filiale ivoirienne de l’agence digitale africaine People Input.

F&E : Quelles motivations vous ont poussé à vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

EB : Passer de l’idée à la réalité, concevoir et créer un média

F&E : Présentez – nous votre structure

EB : Ayana webzine est un magazine féminin en ligne qui fait la promotion de la femme africaine dans l’air du temps. Il est dirigé au quotidien par mon associée Amie Kouamé. Elle a une communauté forte de lectrices et de fans sur les réseaux sociaux. Objectif : diffuser des infos utiles pour permettre aux femmes africaines entre 25 et 50 ans de développer leur vie de famille, leur carrière, leur business et leur passion.

F&E : Dans votre vie d’entrepreneure, quels sont les difficultés que vous rencontrez le plus souvent ?  Comment vous en sortez-vous ?

EB : Manque de financement, de ressources humaines. Mais comme l’adage le dit : « Quand on veut, on peut ». On s’appuie sur notre carnet d’adresses.

F&E : Que pensez-vous de l’entreprenariat féminin en Afrique et surtout en Côte-d’Ivoire ?

Les femmes africaines sont le pilier économique de ce continent. Elles bénéficient de nombreux programmes d’accompagnement pour soutenir le développement de leur business. Je dirai que l’entreprenariat féminin est devenue une réalité et il va être la fondation solide de toutes les économies africaines dans un an.

F&E : Quels sont vos conseils à l’endroit de toutes les femmes ou jeunes filles qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat ?

EB : Si vous ne le faites pas, quelqu’un d’autre le fera à votre place. Ne réfléchissez pas trop : faites-le et vous vous améliorerez au fur et à mesure. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. Et le plus important, n’ayez pas de regrets car vous n’avez qu’une seule vie. Vous n’êtes pas dans un jeu vidéo avec plusieurs vies pour re-tenter.

ayanalogoofficiel-1

Retrouvez Edith sur :

Site web www.ayanawebzine.com / www.peopleinput.com / www.lactuwebdedith.com

Facebook https://www.facebook.com/ebroupageprivee

Twitter @edithbrou

G+ plus.google.com/+edithyahbrou

Linkedin https://www.linkedin.com/in/edithbrou

About O'noryn Kadio

Comments are closed.

Scroll To Top